-----------------------------------

Denier de l'Eglise du Cantal 2022

 -----------------------------------

La Minute Patrimoine
avec Pascale Moulier,
archiviste-bibliothécaire
du diocèse

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

"Mon petit chéri, tu pourrais faire preuve de grandeur d'âme !". Bon, évidemment dit comme cela, ça ne marchera jamais. Pourtant, cette vertu, aux airs chevaleresques, est si belle, qu'elle mérite que l'on s'y attarde et surtout qu'on la transmette à nos enfants ! En ouvrant le Larousse, on trouve ce mot dans la définition de la générosité : "Qualité de quelqu'un, de son action, qui se montre bienveillant, clément, indulgent, magnanimité, grandeur d'âme : avoir la générosité de ne pas profiter de ses avantages".

Ce cadeau permettra à nos jeunes de sortir de la mesquinerie, réchauffera et dilatera leur coeur pour de bon. La grandeur d'âme, c'est cet élan du coeur, ce souffle qui nous posse vers l'autre, qui nous permet de nous dépasser. Au quotidien, ce n'est pas évident, car on passe beaucoup de temps à calculer, à faire des comptes, de peur d'être lésé (surtout entre frères et soeurs). Lorsqu'un enfant refuse un service sous prétexte qu'il a déjà "mis le couvert deux jours de suite et passé la balayette dans l'escalier il y a une semaine", nous sommes contrits. Si nous montrions comme nous sommes tristes de voir leur coeur si étroit, au lieu de nous fâcher contre eux, cela pourrait les faire davantage réfléchir. "A servir sans chercher le repos", chante la prière scoute. Et si nous la leur apprenions même tout petit ?

La charité est une merveilleuse alliée pour toute la vie. Car la grandeur d'âme sera une merveilleuse alliée pour toute la vie. Il y a tant de domaines où elle peut s'exercer ! J'ouvre mes oreilles et mon coeur auprès de ceux qui souffrent, j'offre du temps à ceux qui sont seuls, je sers (sans compter) mon prochain, je reste bienveillant avec celui qui m'ennuie, j'évite les critiques et les bavardages stériles, je choisis la joie pour passer au-dessus de mes petits tracas quotidiens, je pardonne généreusement sans garder de rancoeur, je ris de moi-même, etc... A vous de compléter la liste !

Avant même de l'adapter aux plus jeunes, appliquons-nous à vivre authentiquement de cette vertu, c'est déjà un vaste programme. Ensuite, pour aider nos enfants, nous pouvons nous appuyer sur l'exemple des saints ou du Christ Lui-même : "Penses-tu que Jésus râlait avant de laver les pieds de ses disciples ?", "Combien de fois Il nous pardonne ?", "Souviens-toi de sainte Thérèse, si gentille avec la soeur qu'elle aimait le moins que celle-ci pensât être la préférée ?", "Mère Térésa comptait-elle en maugréant le nombre de pansements qu'elle faisait chaque jour pour ses pauvres ?", etc...

Les grandes vacances sont terminées, les semaines en famille aussi, nous pourrions profiter de l'occasion pour mettre en place quelques bonnes habitudes toutes simples : "Je me sers de sel. Tiens, qui voudrait du sel avant moi ?", "Je me lève pour ranger mon assiette. Et si je prenais la tienne en même temps ?", "Son maillot de foot traîne en bouchon : chouette, je vais l'étendre", "Je pense que j'ai raison ? Je lâche la dispute, sans me fâcher ni l'humilier"... De loin, cela ressemble un peu à la maison des bisounours, mais de tout près, que ça sent la charité ! Viens Seigneur Jésus, viens demeurer parmi nous.

Je ne sais pas si vous connaissez ce chant de louange interprété par le groupe Glorious ("Quel jour de joie !"). C'est un véritable tube chez la jeunesse chrétienne. N'hésitez pas à l'écouter et vous vous sentirez mieux, j'en suis convaincue.

Chaque dimanche, nous fêtons dans une immense joie le Don de l'Eucharistie que Jésus fait à son Eglise. Le Seigneur, dans son immense amour, n'a pas trouvé mieux comme cadeau que de se donner Lui-même ! Que pouvait-il don nous donner de plus ? J'ai alors repensé que chaque eucharistie, chaque messe était vraiment un jour de joie, parce que Dieu nous montre son Amour pour nous, il me dit à quel point Il m'aime. Quelle joie ! Quel bonheur ! Comme c'est grand et beau !

Si nous pouvions retrouver la ferveur, la fraîcheur. Cela ne dépend que de nous. Jésus, Lui, notre doux Sauveur est là, Il est toujours là, qui nous attend, les bras et le coeur grands ouverts. Son Amour pour nous ne s'est pas affadi, il ne s'est pas amoindri, bien au contraire ! La Joie du monde est là ! Ne la cherchons pas ailleurs, car nous ne la trouverions pas !

Et quand nous l'aurons trouvée, ne la gardons pas pour nous tout seul, elle se partage, elle est appelée à se répandre, à se diffuser. Portons cette joie au monde, pour qu'à leur tour nos frères et soeurs qui l'ignorent encore puissent chanter de tout leur coeur : "Oh mais quel jour de joie, quand on m'a dit que Dieu m'aimait !".

Dominique MULTEAU
Directrice de publication
du journal paroissial "CHEZ NOUS, MESSAGES"
Responsable paroissiale de la Pastorale des Jeunes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article