Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

© V. Pereira / Midi Libre

A 118 ans, soeur André, de son vrai nom Lucile Randon, est désormais la femme la plus âgée du monde. En effet, la japonaise Kane Tanaka, jusqu'à présent considérée comme la doyenne de l'humanité à 119 ans, est décédée le 19 avril dernier, ont annoncé lundi 25 avril les autorités locales. Déjà doyenne des Français et de l'Europe depuis 2017, soeur André est née le 11 février 1904 à Alès (Gard) et vit désormais à Toulon au sein de la Résidence Sainte-Catherine Labouré.

Une vie donnée au Christ et aux orphelins

Son histoire est celle d’une conversion sur le tard, qui la conduira à donner sa vie au Christ. Après avoir perdu sa sœur jumelle très jeune, Lucile rencontre le Christ à l’âge de 26 ans. "Ça a été la douceur et la consolation. Une grande aide", raconte-t-elle. Malgré qu’elle ait grandi dans une famille protestante, avec un grand-père pasteur, elle choisit de se faire baptiser dans l’Eglise catholique, en l’église Saint-François-Xavier (Paris). Elle accompagnait son frère aîné André au temple le dimanche. "Quand je me suis convertie, André a pleuré, il m’en a voulu. Puis il a accepté", se souvient celle qui a pris comme nom de religieuse le prénom de son frère aîné bien-aimé. Il était tout pour elle, "à la fois un père et une mère". 

Ce n’est qu’en 1944, à 40 ans, qu’elle rejoint la Congrégation des Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, rue du Bac à Paris. L’année suivante, elle rejoint l’hôpital de Vichy, où elle restera vingt-huit ans. Sœur André s’occupait alors de quarante orphelins, dont certains l’ont retrouvée bien plus tard, grâce à Internet. Depuis qu’elle vit à Toulon, la religieuse supercentenaire ne manque jamais une messe quotidienne. "Je parle au Bon Dieu tout le temps. Quand ça ne va pas, je le Lui dis et, quelquefois, je Le gronde parce qu’Il m’abandonne ! Tiens, pourquoi je ne L'entends pas aujourd’hui ?". "Je ne m’ennuie jamais parce que je prie le temps que j’ai de libre", expliquait-elle en octobre dernier au youtubeur Tibo Inshape venu la rencontrer. "Je prie tous les jours, confiait-elle encore, surtout pour les malheureux. Parce que moi j’aime dorloter les gens ; Alors dans la prière on trouve des ressources". La religieuse avoue n’avoir pas peur de la mort et même la "souhaiter". Il se peut que son heure ne soit pas encore venue… Le temps de dépasser Jeanne Calment et ses 122 ans ? 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article