-----------------------------------

Denier de l'Eglise du Cantal 2022

 -----------------------------------

La Minute Patrimoine
avec Pascale Moulier,
archiviste-bibliothécaire
du diocèse

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Je vous propose un itinéraire de carême à partir des textes d'Evangile lus au cours des cinq dimanches. Cela suppose de lire l'Evangile du dimanche, de se servir de ces quelques indications, et de prier, prendre un moment de silence et méditation. Cela permet aussi de vivre le carême à domicile. Une exception : pour l'Evangile de "l'enfant prodigue", j'ai préféré proposer un très beau poème du poète Pierre Emmanuel.

Abbé Jean CHEMINADE
Doyen de la Châtaigneraie
Curé de la paroisse Saint Joseph en Veinazès

***

Le vrai sens de la pénitence

"Il est bon de regretter ses fautes et de chercher à les réparer, mais il est dramatique de croire que cela peut constituer l'essentiel d'une vie. La bienveillance de Dieu pour toi ne dépend pas de ta pénitence. C'est l'amour de Dieu qui fait naître et grandir la pénitence, et non l'inverse. La pénitence n'est pas la condition pour que Dieu t'aime, mais la conséquence de son pardon. Bénéficiaire d'une manifestation de l'amour gratuit de Dieu, tu lui réponds, non par devoir, mais par amour".

Jean-Marie GUELLETTE
"Laisse Dieu être Dieu en Toi"
Edition du Cerf 2002

Premier dimanche de Carême
La tentation au désert
Luc 4 (1-13)

Le dialogue avec le diable se présente comme une joute. Les tentations du Christ sont les nôtres, elles sont les tentations de tout homme. Jésus a exploré vraiment la condition humaine.

  • la tentation du pain quotidien ou l'appétit de posséder
  • la tentation de la réussite ou le goût de parader
  • la tentation du pouvoir ou l'ambition de dominer

Les idoles, ce sont les manières de penser et de vivre qui déshumanisent et ferment au monde de Dieu. Vivre pour soi et presque jamais pour les autres. Le philosophe SARTRE a un mot cruel pour celui qui est "bardé" de son Ego. "Ce gros plein d'être, qui joue à être, pour ne pas avoir à être".

Le carême nous invite à faire la vérité en nous et à nous examiner à la lumière de la Parole de Dieu, à regarder Jésus, dépouillé et souffrant, jusqu'au bout fidèle à Dieu et à la mission qu'il avait reçu. Comme tout être humain, le Fils de Dieu a expérimenté cette maxime de l'Ecriture : "Mon Fils, si tu veux servir le Seigneur, prépare ton âme à la tentation" (Siracide 2,1)

"Jamais nous n'aurons fini
de sonder les simples mots
par quoi fut vaincu l'assaut
du formidable ennemi"

Pierre Emmanuel

Deuxième dimanche de Carême
La Transfiguration
Luc 9 (28-36)

Rendez-vous sur une "Haute Montagne"

Dans la bible Dieu se manifeste et parle sur la Montagne (on dit d'ailleurs "une Montagne théologique"). Jésus radieux, blancheur éclatante, lumière, gloire, nuée... le décor des manifestations divines. La transfiguration est l'annonce de la Résurrection. Comme cela a été dit : "Jésus transfiguré avant d'être défiguré". Notre foi a besoin d'être fortifiée avant la tourmente de la Passion. "Aujourd'hui..." (mot si important dans le vocabulaire de Luc). Oui, aujourd'hui Dieu continue à susciter des êtres radieux, rayonnants et des moments lumineux qui éclairent les ténèbres du monde, des êtres qui embellissent et transfigurent la vie... Tous ces visages, tous ces moments, tous ces évènements radieux et lumineux c'est l'esprit de la Résurrection, comme le dit Saint Paul : "Avec le Christ, vous êtes déjà ressuscités".

Troisième dimanche de Carême
L'affaire des Galiléens
Luc 13 (1-9)

Cette page de Luc est sublime. C'est un peu comme si Jésus ouvrait le journal du jour, le "Jérusalem Post"... On relate deux faits divers : Pilate qui fait massacrer des pèlerins de Galilée... et une tour qui s'effondre à Siloé, comme cela arrive dans notre actualité : 18 morts.

Luc insiste avec gravité sur l'urgence de la Conversion : "Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez comme ces gens-là". Se convertir ! C'est plus que donner un coup de barre ! La conversion appelle à une recherche plus fine de la volonté de Dieu. Se convertir, c'est s'efforcer de grandir dans l'amour et s'efforcer de vivre plus fermement les appels de l'Evangile. La page s'achève sur la belle parabole du figuier qui ne donne pas de fruit. Alors le couper ? "Non dit le vigneron, laisse-le encore cette année... Je vais bêcher autour et mettre du fumier... peut-être donnera-t-il du fruit"... La Patience de Dieu ! L'urgence de la conversion et la Patience de Dieu. Souvent nos vies s'inscrivent dans l'ambivalence !

Quatrième dimanche de Carême
Le Père miséricordieux ou l'enfant prodigue

L'Evangile du jour est accompagné par le très beau poème de Pierre Emmanuel : "l'enfant prodigue". Le lire plusieurs fois, le méditer, il est rempli de subtilités spirituelles qui en font une vraie nourriture.

En lisant cette parabole
chacun se l'applique et déjà
dans les bras du Père se voit
noyant sa honte dans la joie.

La vérité c'est qu'il convoite
la robe de fête et l'anneau
et la place au haut bout à droite
et le veau gras sur un plateau.

Mais qu'a dit le père : mangeons,
réjouissons-nous car mon fils
perdu le voici retrouvé,
mort, le voici ressuscité.

Avons-nous disputé aux porcs
une ripaille de glandée.
Sommes-nous devenus des morts,
la bouche pleine de nos cendres.

Avons-nous enduré les nuits
d'orgie plus longue qu'agonie.
Chiens, avons-nous vomi nos coeurs,
puis festoyé de ce vomi.

Avons-nous tenté la débauche
plus amère que l'océan.
Nous a-t-elle laissés criant
sevrés au large du néant.

Contre le ciel et contre toi,
j'ai péché dit le mauvais fils.
Je suis indigne de ton nom,
traite-moi comme un journalier.

Qui de nous pleure assez profond
pour qu'il ose implorer du Père.
En signe qu'il est pardonné
la grâce d'être renié.

Pierre-Emmanuel
extrait de l'Evangéliaire

Cinquième dimanche de Carême
La femme adultère
Luc 8 (1-11)

La femme mise en scène est dans une impasse. Elle n'a aucun alibi, aucune circonstance atténuante. Occasion en or pour les détracteurs de Jésus. Mais Jésus va opérer un renversement. Il oblige les spectateurs de la scène à devenir des acteurs, à regarder en face leur propre condition de pêcheur. Jésus ne conteste pas la Loi de Moïse. Il va libérer cette femme. "Celui qui est sans péché, qu'il soit le premier à lui jeter la pierre". Il y a beaucoup à retenir de cet épisode.

  • Le Christ ne condamne jamais.
  • Son point de référence n'est pas la Loi
  • Son ultime loi à lui, son ultime point de référence, c'est l'Amour qui pardonne, c'est l'Amour qui sait trouver des chemins neufs pour créer des êtres nouveaux
  • En accordant le pardon, Jésus appelle toujours à une autre vie
  • Le pardon n'est pas un nettoyage superficiel. Il est une "re-création" de notre être
  • Il n'y a pas de mépris de Jésus pour les accusateurs... Eux aussi sont invités à se mettre dans la grâce du pardon, conscients de leur fragilité.

"Il lui sourit, elle baigne
dans le regard baptismal
qui lave son mal.

Ces yeux d'homme, elle s'y voit
telle quelle et qu'en sa grâce
un Dieu la reçoit".

Pierre Emmanuel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article