-----------------------------------

Denier de l'Eglise du Cantal 2022

 -----------------------------------

La Minute Patrimoine
avec Pascale Moulier,
archiviste-bibliothécaire
du diocèse

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Jésus attirait les foules et Il continue d’attirer à Lui les cœurs. Même si notre monde semble avoir tout oublié de Lui, la moindre image, la moindre parole qui s’y réfère recèle une incalculable force de conversion. Encore faut-il que ces paroles soient prononcées et que les chrétiens témoignent de sa présence réelle et efficace au milieu des péripéties du monde. Quand l’évangélisation marque le pas, c’est uniquement que nous parlons d’autre chose. 

Jésus est Celui par qui Dieu est entré de plain-pied dans l’histoire humaine pour en transfigurer le cours. Cette Église, pourtant, Jésus a voulu qu’elle repose sur des hommes en toute connaissance de cause. 

Il nous faut creuser ce mystère en retournant à la source de ce temps de la Nativité. En Jésus, Dieu ne s’est pas incarné sur la pointe des pieds, Il n’a pas désavoué sa création mais l’a épousée pleinement pour la transfigurer. Il n’est pas venu éliminer le mal mais sauver les pécheurs. Il ne sauve pas de l’extérieur mais de l’intérieur des cœurs de pécheurs. 

Il ne fait rien sans nous, car il veut faire avec nous. Jésus qui veut dire "Dieu sauve" est l’Emmanuel qui signifie "Dieu avec nous".

Et voici que le Christ vient sauver le monde au creux même de la condition humaine. Avec sa cargaison de pauvres diables blanchis sous le harnais, l’Église n’est pas une idole mais la matrice de ce mystère qui la dépasse. Comme l’étoile de Bethléem, le Christ est pour elle un phare dans la nuit, dont la barque de Pierre ne peut s’éloigner sans se briser sur les esquifs. L’événement de Noël nous a invités à remettre Jésus sans cesse au cœur de nos vies, comme Il se tient au centre de la crèche, Il nous plonge à point nommé dans la contemplation de Jésus, humilité de Dieu, en ce nouveau-né tout fragile, exposé à tous les dangers du monde, dont le bois du berceau préfigure déjà celui de la croix. Le seul innocent, c’est Lui. La seule vraie lumière, celle qui se réfléchit plus ou moins bien sur le visage des chrétiens venus L’adorer, c’est la sienne. 

C’est à la mesure de ce qu’Il a sauvé en nous que l’on peut témoigner du Christ et de son amour insensé. Si le christianisme s’est propagé dans le monde entier, c’est à partir de cette expérience décisive. Le Sauveur continue à appeler chacun éperdument, quelle que soit son indignité ou sa timidité. Seule la suffisance de celui qui se croit juste fait obstacle à son Esprit.

C’est sous la protection de la très sainte Vierge que s’ouvre cette nouvelle année en la solennité de sainte Marie Mère de Dieu. Puissions-nous lui ressembler, elle dont la vie, rayonnante fut faite de don et de service, depuis l’Annonciation jusqu’au pied de la croix en passant par le banquet de Cana.

L’année 2022 aura besoin de nos bras et de nos coeurs et le monde de la chaleur du message évangélique. Deux mille ans après les premières étincelles de l’Evangile, dans une France où Dieu est éclipsé, nous sommes pressés à suivre les pas des premiers chrétiens et à ne pas enfouir nos incroyables talents.

Dominique MULTEAU
Directrice de publication de "Chez Nous - MESSAGES"
Le journal paroissial de la paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article