-----------------------------------

Denier de l'Eglise du Cantal 2021

 -----------------------------------

La Minute Patrimoine
avec Pascale Moulier,
archiviste du diocèse

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

L'assemblée plénière des évêques de France s'est ouverte le mardi 2 novembre par une journée consacrée à la lutte contre les violences et agressions sexuelles sur mineurs et à la réception du rapport de la CIASE (Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise).

Les après-midi des jeudi 4 et vendredi 5 novembre ainsi que la matinée du 6 novembre y ont été également consacrés. Des invités ont été accueillis, et, parmi eux, des personnes victimes. Ils ont échangé avec les évêques lors de ces temps de travail.

A cette occasion, le pape a adressé une lettre aux évêques de France pour leur dire son soutien dans cette épreuve de vérité, et confier tous les prêtres à leur "sollicitude paternelle". Cette lettre adressée premièrement au président de la Conférence des évêques de France, Mgr de Moulins-Beaufort, a été lue lors de l'ouverture de l'Assemblée.

Un point d'étape à mi-parcours de l'assemblée plénière a mis en lumière (après avoir reconnu lors de leur dernière Assemblée en mars 2021 leur responsabilité en tant qu’évêques) que les évêques de France étaient d'accord pour :

  • Reconnaître la responsabilité institutionnelle de l'Eglise dans les violences qu'ont subies tant de personnes victimes.
  • Reconnaître la dimension systémique de ces violences : au sens où elles ne sont pas seulement le fait d'individus isolés, mais ont été rendues possibles par un contexte global. Des fonctionnements, des mentalités, des pratiques au sein de l'Eglise catholique ont permis que ces actes se perpétuent et ont empêché qu'ils soient dénoncés ou sanctionnés.
  • Reconnaître que cette responsabilité entraîne un devoir de justice et de réparation, qui ouvre la possibilité de demander pardon en vérité.

A partir de cette nouvelle étape, et sur cette base commune, ils vont pouvoir étudier les suites à donner aux recommandations du rapport de la CIASE, avec l’aide de personnes victimes et des laïcs invités à Lourdes. Au sein de leur Assemblée réunie jusqu’à lundi, les évêques poursuivent leurs travaux dans ce sens. 

La journée du mercredi 3 et la matinée du jeudi 4 novembre ont été consacrées à la séquence "Clameur de la Terre, clameur des pauvres", expression utilisée pour la première fois par le pape François dans sa lettre encyclique en 2015 "Laudato Si" (§49). Ces journées ont eu lieu en présence de représentants de groupes de personnes en précarité, dans le sillage de la réflexion initiée par les évêques lors de l'Assemblée plénière de novembre 2019.

Les jours suivants, les évêques aborderont la réforme de l'Eglise avec le fonctionnement des services de la CEF, la vie des prêtres, l'Enseignement catholique, l'économie et les finances. Ils travailleront également sur le Secours Catholique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article