-----------------------------------

Denier de l'Eglise du Cantal 2021

 -----------------------------------

La Minute Patrimoine
avec Pascale Moulier,
archiviste du diocèse

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

"Maître quel est le plus grand commandement de la Loi ?" Jésus dit : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur et de toute ton âme et de tout ton esprit. C'est là le plus grand et le premier commandement. Mais le second lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Dans ces deux commandements sont renfermés la loi et les prophètes".

Dieu et le prochain sont les deux termes de l'amour. Et pourtant l'amour est unique : il faut aimer le prochain d'une charité surnaturelle, c'est-à-dire pour l'amour de Dieu, parce qu'il est quelque chose de Dieu et qu'il lui appartient. 

Dans les faits, on se rend compte que cet amour n'est pas la philanthropie qui déchristianise la charité chrétienne parce que justement elle n'est pas surnaturelle.

Au nom Dieu, pour Dieu, mû par cette folie divine qu'est la charité dévoilée dans l'Incarnation et la Rédemption, le chrétien doit aimer.

Les élans caritatifs laïcs n'ont pas les énergies suffisantes pour rivaliser avec l'amour de Dieu et donc la Charité chrétienne.

La raison est que la nature humaine est égoïste, limitée. Pour aimer chrétiennement il faut être capable d'aimer ce qui rebute à notre individualité : on peut aimer le différent ou l'exotique, c'est plus difficile d'aimer le voisin odieux. C'est impossible d'aimer humainement quand tout s'oppose.

Pour aimer comme Dieu, dans l'unique amour divin qui s'appelle charité, il faut regarder le Christ. Que voyons-nous ? Celui qui aime donne sa vie pour celui qu'il aime. Non pas un don partiel, mais un don total, un échange. Et dans cet échange, il y a une disproportion entre ce qui est échangé : la vie d'un saint, d'un juste, du fils de Dieu... La vie elle-même contre la corruption de nos existences, nos péchés, notre mort.

Le Christ nous donne un autre signe de la charité divine : c'est un signe indubitable. Pour aimer comme Dieu, il faut pardonner à ses ennemis, les bénir et prier pour eux au moment où ils vous mettent à mort. C'est cela aimer, comme le Christ a aimé.

Dominique MULTEAU
Directrice de publication
du journal paroissial "Chez nous - Messages"
Responsable paroissiale de la Pastorale des Jeunes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article