-----------------------------------

Denier de l'Eglise du Cantal 2021

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

 

 

 

LIRE LES TEXTES DE LA MESSE
"Celui qui demeure en moi
et en qui je demeure,
celui-là porte beaucoup de fruit"

(Jn 15, 1-8)

 

 

 

La vigne et les sarments

La semaine dernière nous étions appelés à écouter la voix du bon pasteur qui donnait sa vie pour ses brebis. 

Cette semaine, c'est une autre image tirée de l'Ancien Testament (Cf. Is 5) qui attire notre attention sur le lien qui doit nous lier au Christ ressuscité : celle de la vigne et des sarments.

Jésus est la vraie vigne, Dieu est le vigneron et nous sommes les sarments, cela est expliqué bien clairement au début de l'évangile. La relation qui unit la vigne aux sarments est de l'ordre de l'intime réciprocité : chacun doit "demeurer" (6 fois dans l'évangile, 2 fois en 1 Jn) en l'autre, pour donner du fruit.

Comment cela se traduit-il aujourd'hui ?
La relation qui unit chacun de nous au Christ est-elle suffisante en elle-même ?
Si je demeure en Christ et Christ en moi, à quoi sert l'Eglise ?

Demeurer en Christ qui est l'Eglise, vigne de Dieu

Le détour par Isaïe 5 est nécessaire. En Isaïe, la vigne c'est le peuple et le vigneron est toujours Dieu. L'Ancien Testament n'est pas aboli mais accompli. En Jésus Christ, le peuple-vigne fait corps avec Jésus-vigne. L'Eglise, nouveau peuple, né de la mort et de la résurrection du Christ devient corps du Christ et vigne nette et purifiée par le sang de l'agneau. C'est ce que nous racontent les Actes des Apôtres, après l'Ascension et la Pentecôte, l'Eglise devient le corps visible du Christ "elle se construit, elle avance ; elle se multiplie avec l'assistance de l'Esprit Saint" (Ac 9, 31), fondée sur les apôtres qui ont reçu la mission de la guider.

Demeurer en Christ, c'est donc demeurer dans l'Eglise, pas s'affranchir de tout lien communautaire ou ecclésial. Il s'agit d'un lien organique né dans le sang et la vie du Christ au baptême et qui nous lie à l'Eglise, corps du Christ, comme les sarments le sont à la vigne. On n'est pas chrétien tout seul, on est chrétien avec nos frères parce que nous sommes greffés au Christ dont l'Eglise est le signe visible de sa présence parmi nous. Mais si le Christ est parfait, notre Eglise terrestre, composée d'une multitude de sarments est parfois bien loin d'être parfaite, alors comment peut-on assimiler la vigne à l'Eglise.

Un lien fondé sur la foi en Jésus Christ et qui se vit dans l'amour et la vérité

Demeurer en Christ, c'est vivre de la foi en Christ mort et ressuscité pour nous sauver de la mort et du péché (cf 1 Jn 3). C'est le sens de la récitation du credo chaque dimanche qui nous rappelle où notre foi demeure.

Demeurer en Christ, nous dit aussi la première lette de saint Jean, c'est nous aimer les uns les autres comme il nous l'a demandé. Plus que respecter des commandements ou des préceptes, demeurer en Christ c'est demeurer dans l'amour de Dieu et du prochain. Et c'est vrai qu'à chaque fois que nous ne vivons pas de l'amour, que nous sommes aveuglés par la haine, l'égoïsme ou l'orgueil, nous devenons des sarments morts, coupés de la vigne et nous ne demeurons pas en Christ.

Demeurer en Christ, nous dit la première lettre de saint Jean, c'est vivre dans la Vérité de l'amour, non pas avec de belles paroles mais en actes et en vérité. Mépriser le prochain, l'exclure, le juger ou le rejeter c'est ne pas demeurer en Christ.

Quand les membres de l'Eglise, les sarments de la vigne, demeurent dans l'amour, la vérité et la foi en Christ, alors l'Eglise est signe de la vraie vigne et visage du Ressuscité et donne fruit. Chaque fois que nous nous ne demeurons plus dans l'amour, la vérité et la foi, alors nous sommes des sarments morts, bons à jeter au feu et l'Eglise ne produit pas de fruit.

Que celui qui a des oreilles, entende ce que l'Esprit dit à l'Eglise (Apocalypse).

Monseigneur Damien Stampers
Vicaire Général du diocèse de Blois

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article