-----------------------------------

--------------------------------------

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

La semaine dernière, nous avions publié des photos de Soeur Ann Rose Nu Tawg s'interposant entre les manifestants et la police pour lui demander de ne pas ouvrir le feu.

Elle s'est une nouvelle fois interposée entre les manifestants et les forces de l'ordre, ce lundi 8 mars, dans la ville de Myityina, au nord de la Birmanie. Agenouillée, vêtue d'une robe blanche et d'un habit noir, elle fait front, seule, face aux militaires.

La religieuse a supplié les policiers de ne pas ouvrir le feu sur ceux qui manifestaient contre le coup d'État du mois dernier, au cours duquel le gouvernement démocratiquement élu d'Aung San Suu Kyi avait été balayé par des généraux militaires. Sur les photos, les policiers vêtus d'un lourd équipement anti-émeute semblent accepter la demande de sœur Ann, se mettant également à genoux et pliant les mains en prière à son égard.

"e leur ai dit qu'ils pouvaient me tuer"

"Je me suis agenouillée en les suppliant de ne pas tirer et de torturer les enfants, mais de me tirer dessus et de me tuer à la place", a-t-elle déclaré à l'agence de presse AFP. "Je les ai suppliés de ne pas blesser les manifestants, mais de les traiter avec bonté comme des membres de leur famille. Je leur ai dit qu'ils pouvaient me tuer", a-t-elle ajouté à l’agence Reuters. Elle ne s’est pas levée "tant qu'ils n'ont pas promis de ne pas sévir brutalement contre les manifestants".

Malgré ses efforts, des coups de feu ont commencé à retentir peu de temps après la scène capturée par les photographes. "Nous avons entendu des coups de feu bruyants et avons vu que la tête d'un jeune enfant avait explosé et qu'il y avait une rivière de sang dans la rue", a déclaré sœur Ann, qui dirige une clinique médicale dans la ville.

Deux manifestants tués

Sœur Ann a dit qu'elle était elle-même aveuglée par des gaz lacrymogènes alors qu'elle essayait d'aider à amener certaines des victimes à sa clinique. "L'étage de notre clinique est devenu une mer de sang", a-t-elle dit. "Nous devons valoriser la vie. Cela m'a rendu si triste". Elle et d'autres témoins ont déclaré qu'au moins deux manifestants avaient été tués et plusieurs autres blessés dans la ville de l'État de Kachin. Plus de 60 personnes ont été tuées et plus de 1 800 détenus lors de la répression des manifestations contre le coup d'État du 1er février. 

Source : Famille Chrétienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article