-----------------------------------

Denier de l'Eglise du Cantal 2021

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

 

 

LIRE LES TEXTES DE LA MESSE
"Jésus de Nazareth, le Crucifié,
est ressuscité"

(Mc 16, 1-7)

 

 

Ressusciter : Se libérer de la peur

Le nouveau lectionnaire a modifié la lecture de l'évangile de la nuit de Pâques en supprimant le dernier verset de l'évangile : Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

De même, on a changé le mot peur de l'ancienne lecture : Elles furent saisies de peur, mais il leur dit "N'ayez pas peur" par le mot "être effrayé".

Mais quelle que soit la version que l'on prend ou les coupures que l'on peut faire, il est frappant de voir que le sentiment qui domine le récit de la résurrection, en Marc, est celui de la peur ou de la frayeur. L'inquiétude, la peur et l'angoisse sont là tout au long du récit : les femmes se demandent qui va rouler la pierre pour elles, elles s'enfuient, elles sont tremblantes et hors d'elles-mêmes, elles ont peur ! (à noter qu'elles ont peut-être peur, mais qu'elles sont présentes, elles !).

Pourquoi cette insistance sur la peur pour nous parler de la résurrection, alors qu'il devrait y avoir de la joie ?

Revenir aux origines

Il nous faut remonter à la Genèse et à la création, comme les textes de ce soir nous y invitaient.

Gn 1 : La création, un monde harmonieux, en paix, tout est à sa place, tout est bon. Mais, cette harmonie est détruite par la peur : "Le Seigneur appela l'homme et lui dit "où es-tu ?". Il répondit "j'ai entendu ta voix dans le jardin, j'ai pris peur car j'étais nu, et je me suis caché". Gn 3, 9-10

A la suite d'Adam, l'histoire sainte sera elle aussi dominée par la peur : peur du frère (Caïn et Abel, Joseph et ses frères, etc...), peur de l'ennemi et de l'étranger (pharaon, les peuples voisins), peur de n'avoir pas assez à boire et à manger (Exode), peur de Dieu (Si nous rencontrons Dieu nous allons mourir), peur du regard de l'autre, peur de la mort, peur de ne pas être assez pur, assez saint, assez juste, assez bien, peur de ne pas avoir assez (de temps, d'argent, d'amour), peur du jugement que l'on va porter sur nous.

La peur engendre la jalousie, la colère, l'orgueil, l'envie, l'égoïsme, le rejet de l'autre, la peur nous rend esclave et domine chacun d'entre nous : peur pour son travail, sa famille, peur de s'engager, peur de décevoir, peur d'aimer. Notre vie, consciemment ou non, est dominée par la peur : elle nous rend esclave et nous détruit.

Mais la plus grande peur reste celle de la mort et du mal auquel nous sommes confrontés dans notre vie.

"N'ayez pas peur"

Le coeur de l'évangile de ce soir est le même que celui est au coeur de la Bible (365 fois dit-on !), c'est le coeur du message" de Pâques : "N'ayez pas peur".

Jésus-Christ par sa mort et sa résurrection nous libère de la peur de la mort et du péché. En Jésus ressuscité nous sommes libres de toute peur, de tout mal et de la mort. Nous ne sommes plus esclaves de nos peurs, nous savons que nous sommes libres car aimés, protégés et délivrés de tout ce qui nous atteint, nous terrorise et nous détruit.

Un monde sans peur, un monde libre de tout péché et de toute mort, c'est un monde qui retrouve l'harmonie originelle, où il n'y a plus de différences entre les hommes, un monde de paix, où chacun sait que lui sera rendu justice, un monde sans mort et sans péché.

Mais, sommes-nous prêts à accueillir le message de la résurrection ? Sommes-nous prêts à ne plus avoir peur ? Telle est la question que nous renvoie l'évangile de Marc. Telle est la question qui nous est posée ce soir, telle est la question qui est sous-jacente au renouvellement de nos promesses de baptême. Par la résurrection du Christ, nous sommes délivrés du péché et de la mort, nous n'avons plus à avoir peur.

Cela peut prendre du temps, les disciples ont vécu dans la peur jusqu'à la Pentecôte, mais le don de l'Esprit ils ont accédé à la vraie liberté qui est d'être libéré de la peur, de la mort et du péché.

Il appartient à chacun d'entre nous d'accueillir aussi dans notre vie cette libération qui nous est donnée à Pâques.

Monseigneur Damien Stampers
Vicaire général du diocèse de Blois

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article