-----------------------------------

Denier de l'Eglise du Cantal 2021

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

 

LIRE LES TEXTES DE LA MESSE
"L'Esprit du Seigneur est sur moi ;
il m'a consacré par l'onction"

(Lc 4, 16-21)

 

 

Prendre la tenue de serviteur

Le jeudi saint est un jour étrange où l'on fête la Pâque avec le peuple Hébreu, l'institution de l'Eucharistie avec saint Paul, le lavement des pieds avec saint Jean, la fête du sacerdoce avec Jésus Prêtre. Beaucoup de choses, à priori différentes, où nous sommes invités à retrouver ce qui caractérise notre baptême. Pour entrer dans ce mystère du Jeudi Saint, il nous faut prendre la porte de service. Cette porte de service, c'est celle que nous propose l'évangile de ce soir : le lavement des pieds des disciples par Jésus.

Un peuple de serviteurs conduit par des serviteurs. Ex 12

Dans l'Exode, la demande des Hébreux à Pharaon est bien de partir au désert pour "servir" le Seigneur. Lors de l'Alliance au Sinaï et lors de ses renouvellements au cours de l'histoire sainte, le peuple s'engage en disant qu'ils "serviront" le Seigneur. Le peuple Hébreu se définit dans sa relation à Dieu comme serviteur. Ce peuple est guidé et conduit par des hommes qui sont appelés eux-mêmes "serviteurs", comme Moïse, David, les prophètes. C'est un peuple de serviteurs conduit par des serviteurs.

De même dans la Nouvelle Alliance, le peuple des baptisés revêt cette tenue de serviteur, ainsi que les prêtres et les évêques qui lui sont donnés. Le Jeudi Saint invite à retrouver ce lien biblique qui unit Dieu et son peuple : le service.

Jésus, le premier serviteur. Jn 13

On pourrait se dire que passer de l'esclavage à la servitude, n'est pas en apparence un si grand progrès que cela : on semble seulement changer de maître, passer de pharaon à Dieu. Mais, ce qui change, c'est justement la nature du rapport entre le maître et le serviteur. Avec pharaon, on est esclave et on n'a rien à dire. Avec Dieu, on découvre qu'avant de nous demander si nous voulons le servir, Dieu se fait notre serviteur en premier. L'Alliance au Sinaï est précédée par la libération d'Egypte, par la manne, par la protection constante de Dieu envers son peuple. C'est le Serviteur qui demande ensuite à son peuple s'il veut lui aussi prendre ce chemin du service. C'est ce que fait Jésus avec ses disciples, il se révèle serviteur, le serviteur annoncé en Isaïe, avant de demander à ses disciples de faire de même.

La relation est totalement différente d'avec celle qui prévalait avec pharaon. C'est le serviteur qui nous demande dans notre liberté, si nous voulons nous faire serviteurs avec lui.

Le service de l'Eucharistie. 1Co 11

Le service qui nous est demandé est le même que celui que va accomplir Jésus lors des jours saints : donner sa vie pour ceux qu'on aime, devenir nourriture pour le peuple affamé et assoiffé de justice et de paix. L'eucharistie, c'est le corps et le sang du Christ offerts en sacrifice pour le salut du monde. Ce don est un engagement radical envers la multitude des hommes. Ce don que nous recevons à la communion nous engage, nous aussi, à ce même sacrifice, à cette même offrande de notre vie pour nos frères. En cela, le récit de Jean donne la signification profonde de nos eucharisties dominicales, non pas tournées vers nous-mêmes mais ouverture vers les autres et envoi en mission comme serviteurs de l'humanité.

Que cette fête du Jeudi Saint soit pour nous l'occasion de redécouvrir le sens de ce que nous vivons chaque dimanche dans nos eucharisties et de prendre conscience de notre vocation de serviteurs.

Monseigneur Damien Stampers
Vicaire général du diocèse de Blois

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article