-----------------------------------

--------------------------------------

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

 

"L'Irak restera toujours avec moi, dans mon cœur". Devant une foule réunie pour une messe célébrée dans le stade d’Erbil, dans le Nord dévasté par la guerre contre l’État islamique, le pape François a achevé sa visite historique et sous haute protection en Irak le dimanche 7 mars 2021. "J’ai entendu des voix de douleur et d’angoisse, mais aussi des voix d’espérance et de consolation", a résumé le souverain pontife. Il a été accueilli de manière triomphale par les youyous de milliers de fidèles à la sortie de sa papamobile stoppée sur la pelouse. Le pape s’est dirigé vers l’autel où une statue de la vierge décapitée par les djihadistes de Daech avait été placée.

 

Un voyage au nom de la paix

Avant même qu’il ne pose pied vendredi 5 mars sur la "terre d’Abraham", père du monothéisme, le pape s’est annoncé comme un "pèlerin de la paix". Appelant à faire "taire les armes". À dire "non au terrorisme et à l’instrumentalisation de la religion". 

 

Samedi 6 mars, il s’est entretenu avec l’ayatollah Ali Al-Sistani, haute autorité chiite très écoutée dans le pays. Ce dernier s’est engagé à garantir "la paix", la "sécurité et tous les droits constitutionnels des chrétiens". Le Premier ministre, Moustafa Al-Kazimi, a décrété le 6 mars "journée nationale de la tolérance et de la coexistence".

 

Un appel à "reconstruire"

 

À Ur, devant les représentants d’autres confessions religieuses, le pape a appelé à prier "pour tous ceux qui ont subi" les souffrances des persécutions et "tous ceux qui sont encore dispersés et séquestrés, afin qu’ils puissent vite revenir chez eux". La communauté yézidie, en particulier, "a pleuré la mort de nombreux hommes et a vu des milliers de femmes, de jeunes filles et d’enfants enlevés, vendus comme esclaves et soumis à des violences physiques et à des conversions forcées".

En Irak, il s'est montré "si proche, lui qui est si loin de nous", s'est réjoui l'archevêque chaldéen de Kirkouk, Monseigneur Mirkis. "Un vrai père pour ce peuple" enfermé "depuis onze ans dans le marasme du fanatisme".

Un hommage aux femmes

À Qaraqosh, où il est arrivé en hélicoptère, le pape François a rendu hommage "à toutes les mères et les femmes" d’Irak qui "consolent, confortent, donnent vie." Des femmes "courageuses qui continuent à donner vie malgré les exactions et les blessures. Que les femmes soient respectées et protégées !".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article