Denier de l'Eglise du Cantal

______________________________

 

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

LIRE LES LECTURES DE LA MESSE
Messe de la veille au soir : 
"Généalogie de Jésus, Christ fils de David

Messe de la nuit de Noël :
"Aujourd'hui vous est né un Sauveur"

Messe de l'aurore : 
"Les bergers découvrirent Marie et Joseph, 
avec le nouveau-né"

Messe du Saint Jour de Noël : 
"Le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous"

Je vous propose une méditation de Noël du théologien Karl Barth, extraite d'une de ses oeuvres : "Aux captifs la liberté". Karl Barth (1886-1968), pasteur suisse est un des grands théologiens du XX° siècle. Sa pensée a eu un grand écho dans les milieux artistiques, en particulier par cette oeuvre "l'humanité de Dieu" (1956).

Abbé Jean CHEMINADE
Doyen de la Châtaigneraie

Dans notre étable

Ne pas avoir trouvé place dans l'hôtellerie n'a pas empêché le Sauveur de naître ailleurs, en un tout autre endroit. Il est question d'une crèche. Nous sommes manifestement dans une étable ou sur quelque place d'affouragement du bétail, à coup sûr un endroit guère confortable pour des êtres humains. C'est dans ce lieu obscur que Jésus est né, et du reste il mourra dans un lieu analogue, bien plus obscur. C'est là, dans la crèche, dans l'étable, près du bétail, que le ciel s'est ouvert sur les ténèbres de la terre, que Dieu s'est fait homme afin d'être tout à fait avec nous et pour nous. C'est là que nous a été donné ce semblable, ce prochain, cet ami, ce frère. Oui, c'est là que cet évènement a eu lieu. Dieu soit loué de ce que les parents et l'enfant, qui n'avaient pas trouvé de place dans l'hôtellerie, aient pu disposer de cet autre endroit où l'événement a pu se produire.

Et maintenant s'il s'agit pour le Sauveur de s'installer chez nous, Dieu soit béni qu'il existe aussi dans notre vie un recoin où le Sauveur puisse entrer sans avoir à demander, à se tenir dehors et à frapper ; un lieu où secrètement il est déjà descendu et où il attend simplement que nous le reconnaissions et que nous nous réjouissions de sa présence. Quel est cet endroit dans notre vie ? Ne pense pas à quelque chose de distingué, de beau ou de bien qui pourrait te servir de référence vis-à-vis du Sauveur pour te rendre recommandable à ses yeux et prêt à l'accueillir. Pas du tout. Le lieu de notre vie où le Sauveur vient s'installer a ceci de commun avec l'étable de Bethléem, qu'il est loin d'être beau, qu'il a même assez mauvaise apparence, n'a rien d'accueillant et d'intime, n'est même pas rassurant, pas humain, tout proche des bêtes... C'est là que nous, les hommes, nous vivons, tous sans exception, pauvres comme des mendiants, des pécheurs perdus, des créatures gémissantes, des mourants, bref, des gens en plein désarroi.

Or, c'est là que Jésus-Christ vient loger, bien plus, c'est là qu'il a déjà choisi sa demeure. Dieu soit loué pour ce lieu obscur, pour cette crèche, pour cette étable dans notre vie. C'est là que nous avons besoin de lui et que lui peut se servir de nous, de chacun de nous. Nous y sommes les gens qu'il lui faut. Il attend seulement que nous le voyions, que nous le reconnaissions, que nous croyions en lui, que nous l'aimions. Il nous y accueille. Il ne nous reste qu'à l'accueillir à notre tour et à lui souhaiter la bienvenu. N'ayons pas honte de nous trouver en ce bas-fond en compagnie du boeuf et de l'âne. C'est là précisément qu'il se met tout à fait de notre côté.

Karl BARTH

Je donne à la quête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article