Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 

1328105543-ST_FLOUR_01_2012_JM_PEYRAL_-73-.jpgL'Eglise est toujours sensible à la beauté. Elle encourage volontier les artistes et chorales. Elle se veut largement accueillante. Elle favorise l'exécution ou la représentation d'oeuvres anciennes mais aussi d'oeuvres contemporaines.

 

Le droit ecclésial et la loi civile lui assignent un encadrement : ne doit être admis dans les églises que ce qui sert à la sainteté du lieu et à l'exercice public du culte ou ce qui est comptabile avec cette affectation. Depuis plus d'un siècle, a été admise l'exécution d'oeuvres profanes jugées "compatibles" au sens que nous venons d'exposer.

 

Sont régulièrement exécutées dans nos églises les œuvres des grands musiciens classiques tels que J.S. Bach, Beethoven, Mozart, Haendel, Pachelbel, Liszt, Fauré, Verdi et bien d’autres. Ces compositeurs ont élevé l’esprit et les âmes de tous ceux qui sont épris de cette beauté qui est un reflet de la beauté divine. A tout cela, l’Eglise a su se montrer accueillante.

 

De nouvelles requêtes sont apparues à la fin du XXe siècle et en ce début de siècle surtout. De plus en plus, les organisateurs de concerts sollicitent l’exécution d’œuvres contemporaines, notamment de chansons profanes. Rien de ce qui est humain n’est étranger à l’Eglise qui a le souci de relier la culture, y compris dans ses expressions plus modernes, et l’Evangile du Christ. Quand de telles demandes sont présentées, il appartient aux curés d’apprécier au cas par cas, œuvre par œuvre, et non par voie de mesure générale ni d’exclusion par principe d’un auteur ou d’un artiste, la compatibilité de celle-ci avec l’affectation cultuelle de l’édifice. Chaque œuvre doit être examinée pour ce qu’elle est, notamment en fonction de ses paroles, s’il y en a, ou de l’image ou de la sculpture représentée. En outre, chaque curé n’est pas nécessairement mélomane ou artiste ; il doit pouvoir s’entourer d’avis éclairés. C’est le sens des interventions possibles des instances diocésaines (Chancellerie, Service de pastorale liturgique ou Commission d’Art sacré) et d’une manière générale des divers musiciens et artistes présents dans notre région.

 

Depuis 1987, les manifestations culturelles dans les églises font l’objet d’une procédure diocésaine, permettant un dialogue entre les organisateurs, les curés et les instances diocésaines : souscription d’un formulaire comportant divers engagements des organisateurs (programme, respect du lieu sacré, assurance, participation aux frais), consultation de la Chancellerie, décision du curé.

 

Les concerts ne comportant qu'un programme de musique sacrée ou d'oeuvres liturgiques sont dispensés de l'avis de la Chancellerie et la décision en revient au curé du lieu en fonction de l'agenda de la paroisse, de la disponibilité de l'église...

 

Téléchargez ci-dessous :

(demande d'autorisation à renvoyer avec le programme complet du concert - auteur et intitulé de l'oeuvre, indication de son caractère profane ou religieux -  à Monsieur le curé de la paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie - 6, allée du presbytère - 15220 SAINT-MAMET LA SALVETAT)