Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Le 19 mai dernier, Marie-Cécile, 40 ans, 4 enfants, résidante à Saint-Mamet, a reçu le sacrement de confirmation en la cathédrale de Saint-Flour. Elle nous raconte comment au fil du temps, elle s'est retrouvée à s'interroger sur ce sacrement qu'elle n'avait pas encore reçu.

"Je ne suis plus une chrétienne boiteuse ! Et oui, jusqu'il y a peu de temps, j'étais une "chrétienne boiteuse". Et pourtant, je ne le savais pas...

J'ai eu le grand privilège de naître dans une famille chrétienne, particulièrement fervente. Mes parents m'ont transmis leur foi en Dieu et en les regardant vivre, j'ai fait mienne cette foi et me suis appliquée à la faire grandir.

Je vais à la messe presque tous les dimanches ; c'est toujours une grande fête pour moi que d'aller à Lourdes, et mes quatre enfants sont aujourd'hui tous baptisés. Dès que mon fils ainé en a eu l'âge, j'ai renoué avec la tradition familiale : je suis devenue catéchète. Transmettre dans la joie et l'enthousiasme tout ce que l'on m'a transmis, tout ce que je sais, est pour moi très important. Nous avons le bonheur d'avoir une si belle religion, qui prône des valeurs essentielles comme l'amour, le respect, que j'avais envie de faire avec d'autres enfants ce que je faisais avec les miens. Je n'ai pas fait d'études théologiques, mais j'aime apprendre sur le Christ, les apôtres, sur la façon dont notre religion est arrivée jusqu'à nous, et j'aime transmettre ces savoirs ; car j'ai pour habitude de dire que "pour Aimer, il faut connaître". En résumé, je menais ce que je pensais être une petite vie de chrétienne, certes imparfaite, mais qui me convenait.

... Jusqu'au jour où Dieu a mis sur ma route notre abbé, Patrick Joly. Il a déclaré au cours de l'une de ses homélies qu'un chrétien non confirmé était un chrétien boiteux. J'ai d'abord trouvé cette réflexion illégitime ; et pour tout dire, c'est un peu en boudant que j'ai quitté ce jour-là notre église. Car non, je n'étais pas confirmée. Oh, non pas par choix mais par circonstance. Simplement, l'année de ma confirmation, mes parents ont déménagé et dans notre nouvelle ville, mes camarades avaient été confirmés l'année précédente. Boudeuse donc, ce dimanche-là, après avoir entendu l'homélie de notre abbé, j'ai fait, confiante, mon petit bilan et me suis dit, que, pour une boiteuse, je ne m'en sortais pas trop mal et que cela me convenait parfaitement... J'avais mené mes quarante premières années sans la confirmation, je pouvais bien continuer.

... Mais c'était sans compter sur la persévérance de notre abbé... qui, bien sûr, n'en est pas resté là... Au cours des mois suivants, à l'occasion de ses homélies, Patrick Joly a repris cette petite image... "Chrétien boiteux"... Cette phrase m'a interpelée, poursuivie... Et si elle s'adressait à moi ? Si c'était un appel ? Il me fallait encore un signe pour me décider (... et oui, l'on peut-être boiteuse et aussi un peu sourde !). Et je l'ai eu en recevant une lettre invitant tous les chrétiens non confirmés de la paroisse à cheminer vers Pentecôte 2013. J'ai compris à ce moment que ce message s'adressait à moi, que je ne pouvais passer à côté, et que, il me fallait le reconnaître, il me manquait quelque chose. Une vie de chrétien accompli ne peut l'être sans ce sacrement ; j'ai compris qu'à cet appel, je ne pouvais que répondre un grand OUI.

C'est ainsi que j'ai commencé ma route vers ma confirmation. Et j'ai eu la chance d'être accompagnée, sur ce chemin de Pentecôte, par des personnes formidables. Parler de sa foi, écouter les autres, vous renforce, vous enrichit. Souvent à la fin de nos rencontres, je me sentais comme transportée, confortée dans mon choix et mes certitudes.

Puis Pentecôte approcha. Là, je reçu à mon grand étonnement, plusieurs témoignages de chrétiens, autour de moi. A la fin d'une messe, ou en faisant mes courses dans le village, plusieurs personnes m'ont interpelée en me rappelant que "le grand jour arrivait", et qu'"ils penseraient bien à moi ce jour-là". Quel honneur ! Moi qui pensais cheminer avec mon petit groupe de quatre accompagnants, je me suis aperçue, que vraiment, non, l'on n'est pas chrétien tout seul, et que, même silencieuse, la communauté chrétienne est présente et soudée dans un tel moment. Je dois avouer que tous ces signes m'ont fait très chauds au coeur et ont beaucoup compté pour moi. Comme ont compté pour moi, tous les chrétiens de notre communauté, qui, le jour de Pentecôte, étaient à mes côtés.

19 mai 2013, nous y étions ! A mon grand étonnement, moi, qui jusqu'ici étais surtout enthousiaste, j'étais fébrile en cheminant vers Saint-Flour. Je ressentais les mêmes sensations qui m'habitaient durant ma profession de foi, mais en même temps, mes sentiments étaient différents. Par cette confirmation, j'affirmais à nouveau ma foi de chrétienne devant la communauté et par là même prenais l'engagement de poursuivre mon investissement. Mais en même temps, cette fois-ci, je n'étais plus seule. J'allais le faire enrichie de l'Esprit Saint. J'allais avoir cette force nouvelle en moi, qui pourrait m'habiter dans ma vie quotidienne. Cette force qui allait m'aider, m'épauler lorsque la vie sera difficile et m'émerveiller afin que je puisse goûter pleinement tous les moments de bonheur lorsque la vie est merveilleuse.

Cette célébration fut un moment unique, à la fois portée par une immense force spirituelle et belle esthétiquement. J'avais dit Oui, j'avais répondu à l'appel que Dieu m'avait lancé. Quel honneur, quel bonheur !

Avec le recul, je suis très contente d'avoir été jusqu'ici une chrétienne boiteuse. D'abord parce que si j'avais vécu ma confirmation lors de mon adolescence, je ne l'aurais pas vécu aussi intensément. Ensuite, car aujourd'hui j'ai un devoir, le devoir d'honorer l'Esprit Saint que j'ai reçu en tentant de poursuivre ma vie de chrétienne avec encore plus de ferveur, ferveur que j'espère, je transmettrai à mes quatre enfants."

Marie-Cécile ALLAIN-DENOYER

dernières photos 103

Commenter cet article

C. Granoulhac 28/06/2013 20:09

Merci pour votre témoignage. Il fait écho à celui paru dans le dernier numéro de "Messages" : Au Souffle de l'Esprit.

Un chrétien boiteux...