Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

1853359_3_a377_des-images-tournees-par-la-television-du_041.jpgLundi 11 février 2013, fête de Notre-Dame de Lourdes, et journée mondiale de prières pour les malades, dans l'Eglise catholique, par un acte singulier mais historique, comme l'autorise le code de droit canonique (art. 322-2), Sa Sainteté Benoît XVI renonce à sa charge de successeur de Saint Pierre apôtre (ministère pétrinien). Surprise totale au Vatican comme dans les milieux écclésiastiques ! Cette annonce a provoqué dans une partie du monde catholique, un profond désarroi, mais aussi un très fort sentiment d'innovation.

 

En se retirant, Benoît XVI a voulu donner ce signe de grande vitalité à l'Eglise. Ce geste a quelque chose de prophétique. En restant jusqu'à sa mort sur le trône de Saint Pierre, le bienheureux Jean-Paul II avait voulu être témoin de la Croix. En renonçant, Benoît XVI a voulu être le témoin du gouvernement de l'Eglise Universelle. Benoît XVI , choisit ce temps du Carême, temps du pèlerinage intérieur pour le chrétien, pour déposer sa charge devenue trop lourde pour un homme de 85 ans, et entrer ainsi dans la dimension cachée de la prière qui est l'âme de toute l'Eglise. Le remarquable théologien, qui nous a enseigné avec tant de clarté le mystère de Dieu accessible à la raison humaine, nous redit avec force la nature divine de l'Eglise en désignant ainsi son coeur vivant, le lieu de la rencontre personnelle avec Dieu. Le 28 février, le siège pontifical devenait vacant. En huit années de pontificat, un premier bilan de l'action pontificale de Benoît XVI peut apparaître :


  • Benoît XVI a pris des décisions courageuses pour lutter contre la pédophilie qui s'est introduite diaboliquement aussi dans le clergé,


  • le pape Bavarois est allé jusqu'au bout de ce qu'il pouvait faire pour ouvrir la porte aux "Lefebvristes" qui jusqu'à présent n'ont pas daigné saisir l'occasion "de rentrer dans le rang",


  • sur le plan oecuménique, Benoît XVI a beaucoup dialogué avec les chrétiens Luthériens. Il a accueilli au sein de l'Eglise catholique, de nombreux chrétiens anglicans en rupture avec leur confession la Communion anglicane,


  • il a manifesté beaucoup d'humilité dans l'exercice de sa charge pontificale.

 

Lors de sa dernière audience pontificale Benoît XVI dira : "sur le sens profond de sa décision qui ne tient en rien à une démission" et pleinement à l'idée de transmission : "Il n'y a plus de retour possible vers la dimension privée. Ma décision de renoncer à l'exercice actif du ministère, ne met pas cela en question. Je ne retourne pas à la vie privée, à une vie de voyages, rencontres, de réceptions, de conférences... Je n'abandonne pas la Croix, mais le reste d'une manière nouvelle près du Seigneur crucifié. Je ne porte plus le pouvoir de la charge du gouvernement de l'Eglise, mais dans le service de la prière, je reste, pour ainsi dire dans le giron de saint Pierre. Saint Benoît dont je porte le nom comme pape, me sera cela d'un grand exemple. Je vous demande de vous souvenir de moi devant Dieu, et par-dessus tout, de prier pour les cardinaux, appelés à un devoir si important, et pour le nouveau successeur de l'Apôtre Pierre, que le Seigneur l'accompagne."

 

Tout est dit ! Pour la première fois dans l'Histoire de l'Eglise, il y aura bientôt deux papes vivants au Vatican. Benoît XVI comme un ermite retiré dans l'étude et la prière au coeur des jardins de l'Etat pontifical, dans le monastère Mater Ecclesiae (Mère de l'Eglise), et le pape François nouvellement élu.

 

Le Conclave se réunira le mardi 12 mars pour choisir et élire le nouveau pape.

 

Fortuitement, le mercredi 13 mars, les prêtres de la zone pastorale de la Châtaigneraie, sont en réunion ce soir-là pour coordonner leurs missions curiales au sein de notre territoire.

 

L'abbé Michel Malvezin et son adjoint l'abbé Didier Delpirou, s'occupant tous les deux de la paroisse Saint-Joseph en Veinazès, l'abbé Thierry Selves, curé de la paroisse Notre Dame en Châtaigneraie et votre serviteur.

 

La réunion se déroule au presbytère de Montsalvy. L'abbé Malvezin a laissé la télévision en sourdine pour suivre l'actualité du conclave. Avant la réunion, chaque curé y est allé de ses pronostics sur l'éventuel cardinal à élire. La réunion se termine vers 18h30 et nous célébrons ensemble les vêpres.

 

Soudain vers 19h05, l'abbé Delpirou nous invite à regarder la télévision, car il semblerait que le "direct de Rome" montre la fumée blanche sortant de la cheminée de la Chapelle Sixtine. En effet, le monde accourt place Saint-Pierre à Rome, les cloches sonnent en volées de la Basilique romaine et viennent confirmer l'élection du nouveau Pape.

 

Une joie s'empare de nous, nous ne savons ni le nom de l'intéressé, ni sa nationalité : est-ce un Européen, un Sud-américain, un Africain ?...

 

L'abbé Malvezin s'empresse d'alerter la population de Montsalvy, en faisant sonner joyeusement à toute volée les cloches de l'abbatiale Saint-Bernard. Les autres curés téléphonent à leur "sonneur-carillonneur" pour faire de même et se joindre à la liesse populaire romaine, manifestée à la télévision. Vers 20h22, apparaît à l'écran le cardinal français, Jean-Louis Tauran qui envoie un vibrant "Annuntio vobis gaudium magnum, Habemus Papam !" (Je vous annonce avec grande joie, nous avons un Pape !). "Qui sibi nomen imposuit FRANCISCUM" (qui a pris le nom de François).

 

C'est le cardinal Georges-Marie Bergoglio, archevêque de Buenos-Aires, argentin, qui devient le 266e pape de l'Eglise catholique ; il a 76 ans. Il est le premier Sud-Américain et aussi le premier jésuite (Compagnie de Jésus) à accéder à cette lourde charge pontificale.

 

Chaque curé de la Châtaigneraie est à la fois joyeux et interloqué : le monde entier découvre un inconnu. Ils sont 40 000 sur la place Saint-Pierre et des millions devant leur téléviseur à découvrir l'élu que personne n'attendait, puisque son éminence le Cardinal Bergoglio n'était pas dans les "Papabili" possibles.

 

L'élection d'un pape, est toujours l'oeuvre du Saint-Esprit ! Providentiellement l'élection de Sa Sainteté François vient lever la fausse contradiction, soigneusement entretenue par quelques détracteurs, entre l'appartenance à l'Eglise et le service de l'homme.

 

Dans la célébration de la Semaine Sainte, le pape François nous rappelle, si nous l'avions oublié, que l'Amour du frère et l'Amour de Dieu ne font qu'un et constituent l'unique et seul commandement de la loi divine : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit... et tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la Loi et les Prophètes" (Mt, 22, 37).

 

François : déjà rien que dans le nom, il y a un véritable programme... !

 

En ce temps pascal, puisse l'Eglise doit se renouveler sans cesse, dans l'énergie du Ressuscité Notre Seigneur Jésus Christ.

 

A tous les paroissiens, Bonnes Pâques.

 

Cette belle prière d'action de grâce que j'ai trouvé, je vous la livre chers paroissiens, à votre liberté de prier.

 

L'abbé Patrick JOLY,

votre curé


 

Seigneur,

Nous te disons merci pour le pape Benoît XVI.

Il a servi l'Eglise avec douceur et humilité

Il nous a enseigné les vérités de la foi,

la force de la charité

et la joie de l'espérance.

Nous te remercions de nous l'avoir donné

pour guide pendant toutes ces années.

Nous te demandons de le garder en paix jusqu'à la fin de sa vie.

 

Nous te prions pour notre nouveau pape François.

Que l'Esprit-Saint l'accompagne chaque jour :

qu'il éclaire ses décisions

et mette sur ses lèvres les paroles

qui font l'unité et la paix.

 

Merci Dieu très bon pour ton Fils Jésus-Christ,

qui guide l'Eglise par le souffle de l'Esprit-Saint.

 

Amen

 

Commenter cet article