Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

AIKI-RENCONTRES-GRUA-031.jpgLa visite pastorale de Monseigneur Bruno GRUA sur la paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie s'est achevée le dimanche 20 janvier par une messe en l'église de Saint-Mamet. Notre évêque, qui présidait la célébration, a donné, lors de son homélie, son premier sentiment sur cette visite pastorale chez nous.

Dans quelques semaines, il fera part de ses observations dans un courrier adressé à l'ensemble de la communauté paroissiale en insistant sur les points qui méritent l'attention, les encouragements, les "talents" à développer, ce qui semble porteur, les insuffisances et les inquiétudes.

Cette visite pastorale est la première d'une longue série qui va se poursuivre dans les mois à venir sur les paroisses de notre diocèse.

 

"Nous n’avons pas choisi les textes de l’Ecriture qui ont été lus ce matin. Ce sont ceux que la liturgie de ce deuxième dimanche du temps dit ordinaire nous donne à entendre. L’un d’eux, extrait de la première lettre de Paul aux Corinthiens, éclaire particulièrement  l’expérience que nous venons de vivre au cours de cette visite pastorale.

 

Les dons de la grâce sont variés. En écoutant ces mots, je pense évidemment aux nombreux groupes rencontrés, aux nombreuses personnes engagées ici pour faire vivre la paroisse et chacune de ses communautés : conseils économique et pastoral, équipe d’animation pastorale et ses commissions, équipe des catéchistes et de la pastorale des funérailles, équipe liturgique, chorale, solidarité, ouverture et entretien de vos églises. Votre curé lui-même, que je remercie pour son accueil fraternel, nous disait comment son épreuve de santé a permis l’expression plus active de la participation des uns et des autres. Les dons de la grâce sont variés. Je pense aussi à l’engagement de vos élus, au dynamisme de la vie associative, à celles et ceux qui, dans leur vie professionnelle et la passion qu’ils y engagent contribuent à la vie de ce canton. Nous avons vécu de belles rencontres aussi avec eux.  Les dons sont variés pour construire une communauté humaine et ecclésiale dans ce pays de Châtaigneraie. Ils débordent les limites visibles de l’Eglise, auprès de tous les hommes de bonne volonté.  Nous sommes heureux, le vicaire général et moi-même, de l’avoir mieux perçu. Nous repartons avec de beaux souvenirs de visages, de rencontres, de partages vécus avec vous et, dans notre foi chrétienne, nous y reconnaissons l’œuvre diversifiée de l’Esprit. C’est pour nous une invitation à l’action de grâces et nous vous la partageons. Nous sommes venus avec des yeux neufs, prêts à se laisser surprendre, émerveiller. Peut-être, et c’est le service que nous pouvons vous rendre, en venant de l’extérieur, nous  vous invitons vous aussi à regarder avec des yeux neufs, votre quotidien. Il n’est pas ordinaire, banal, terne. Il est ce que construit l’Esprit de Dieu, par l’apport de chacun en vue du bien de tous. Il travaille en chacun, avec ce qu’il est, avec les dons reçus, avec nos limites aussi d’âges, de santé, de formation, de distances. Les difficultés chacun sait les voir. Elles risquent parfois de nous paralyser. Apprenons aussi à découvrir les dons de la grâce qui nous sont donnés et qui constituent la chance et l’avenir de cette paroisse, de ce canton.

 

« Les activités sont variées mais c’est partout le même Dieu qui agit en tous ». Oui, àAIKI-RENCONTRES-GRUA-029.jpg travers nous c’est Dieu qui agit. C’est d’abord Lui qui donne. Il donne à chacun et à tous une diversité de dons. Prendre conscience de cette réalité profonde, c’est se protéger contre les tentations de suffisance et d’orgueil qui blessent et divisent. Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Je n’ai pas à me prévaloir dans l’Eglise de telle ou telle responsabilité, de telle ou telle mission, même si elle parait briller un peu plus que d’autres.  C’est Dieu qui me l’a donnée, non pas pour m’en prévaloir, non pas pour me mettre au dessus de la mêlée et imposer mon point de vue mais pour le service et le bien du corps tout entier de l’Eglise. Une responsabilité plus haute ne constitue pas un droit. Elle impose des devoirs. Ce point est d’une extrême importance pour vivre chrétiennement nos responsabilités, nos engagements dans l’Eglise. Il nous faut en même temps nous donner comme si tout dépendait de nous et accepter de nous effacer derrière la mission reçue comme des serviteurs inutiles puisque c’est Dieu qui agit. « Quand vous aurez fait tout ce qui vous a été prescrit, nous dit Jésus, dites : nous sommes de pauvres serviteurs ; nous n’avons fait que notre devoir » (Lc 17,10)

 

Prendre ainsi conscience du don de Dieu c’est aussi porter un autre regard sur celui qui, avec moi, porte, lui aussi, sa part de responsabilité dans la vie de l’Eglise. Nous n’avons pas obligatoirement les mêmes centres d’intérêts, les mêmes activités au service de la communauté, les mêmes tempéraments, les mêmes manières de concevoir les choses. Nous nous situons parfois comme en concurrence. Nous percevons les dons de l’autre comme une menace pour notre propre réussite. Et pourtant ce frère, cette sœur, ont eux aussi, comme moi, reçu ce qu’ils donnent du même Seigneur. Nos collaborations en Eglise sont parfois tendues, voire conflictuelles. Pas en Chataigneraie, bien sûr ! Elles l’étaient déjà du AIKI-RENCONTRES-GRUA-036.jpgtemps de l’Apôtre Paul. Sa lettre aux chrétiens de Corinthe nous en donne quelques échos. Ce n’est pas étonnant parce que nous sommes humains, parce que nous sommes souvent dans l’Eglise, et c’est une chance,  des gens passionnés, généreux, affectivement engagés dans les activités que nous menons. Aussi la moindre critique, nous atteint-elle au plus profond. Notre harmonie serait facilitée si nous savions nous regarder les uns les autres comme celles et ceux qui accueillent le don que Dieu leur fait pour le bien de tous. Alors grandiraient entre nous le respect, la confiance qui n’abolissent pas les diversités, Dieu merci, mais permettent de les regarder de manière  positive. Peut-être cette contemplation de l’action de Dieu en chacun me permettrait-elle de relativiser mes propres manières de voir et d’agir et ainsi de mieux situer mes propres engagements au service de la communauté. Car, il ne s’agit pas simplement, par l’engagement de chacun, d’animer une collectivité plus vivante. Il s’agit d’abord de construire une communion, une fraternité dont le témoignage est le premier pas de l’évangélisation. « Voyez comme ils s’aiment » disaient les païens en regardant vivre les premiers chrétiens et ce témoignage les appelait à les rejoindre. Puissent les habitants de ce canton, qui ne sont pas sans lien avec l’Eglise car leur vie leur donne de la rencontrer, puissent-ils en découvrant la qualité originale de nos liens, de nos collaborations, de notre reconnaissance mutuelle, découvrir quelque chose de ce Dieu qui nous donne sa grâce, qui distribue ses dons à chacun en vue du bien de tous.

 

Chers Amis, chers frères et Soeurs, merci de votre accueil au long de ces jours. Laissez-vous conduire par l’Esprit pour construire ici une paroisse, communauté fraternelle et missionnaire."

 

+ Bruno GRUA

Commenter cet article