______________________________

 

 

 

 

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Des messes publiques peuvent officiellement êtres célébrées dès ce samedi 23 mai selon un décret publié dans la nuit au journal officiel.

Selon un décret publié dans la nuit au journal officiel et immédiatement entré en vigueur, les célébrations publiques peuvent officiellement reprendre dès ce samedi. Quelques jours après que le Conseil d'Etat a ordonné à l'exécutif de lever l'interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte et d'édicter "des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires", le ministre de l'Intérieur et les responsables des cultes se sont mis d'accord lors d'une réunion vendredi "sur les mesures à prendre", d'après un communiqué du ministère diffusé peu avant la publication du décret. 

"Si l'objectif d'une reprise généralisée des cérémonies religieuses reste le 3 juin, prévient le ministère, il sera ainsi possible, dès la publication de ce décret, sous la responsabilité du gestionnaire du site et dans le respect des règles et obligations convenues avec les représentants des cultes, de célébrer à nouveau, progressivement, des offices" poursuit le communiqué. En d'autres termes, si les célébrations sont techniquement autorisées dès à présent, il appartient aux cultes d'établir le calendrier de la reprise.

Concrètement, les recommandations contenues dans le décret sont identiques à celles que les Français connaissent depuis le début du confinement. Les paroisses devront notamment s'assurer que les fidèles respectent les gestes barrières et la distanciation physique (superficie individuelle d’environ 4 m² par personne), portent un masque et se désinfectent les mains à l'entrée et à la sortie. "L'obligation du port du masque ne fait pas obstacle à ce que celui-soit momentanément retiré pour l'accomplissement des rites qui le nécessitent" précise le décret. 

A l'entrée d'une église, une personne devra ainsi réguler les flux pour ne pas dépasser une jauge maximale de fréquentation. 

Les mesures contenues dans le décret s'appliquent à "toute personne de onze ans et plus". "Les préfets de département pourront interdire l'ouverture ou ordonner la fermeture d'un lieu de culte si ces règles ne sont pas respectées", précise le ministère.

Ce décret est accompagné de lignes directrices qui confirment les dispositions qui avaient été proposées par la CEF dans le plan de déconfinement soumis aux pouvoirs publics.

Nous saurons donc vivre cette période dans la prudence et la discipline. Sans oublier que la participation à la messe et la communion au corps du Christ n'est jamais un droit mais un don gratuit dont personne n'est digne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article