Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Frères et soeurs,

 

Nous pourrions nous poser la question aujourd’hui ? Alors qui sont les tout-petits de l’Evangile ? Saint Martin nous donne une réponse :

 

Le partage du manteau

A Amiens, aux portes de la Ville, le soldat Martin partage sa cape militaire avec un pauvre transi de froid. La nuit suivante, le Christ Jésus lui apparait en songe, vêtu de ce même pan de manteau. Cet évènement va engager Martin sur le chemin qui le mènera au baptême, à la vie de foi, à l’épiscopat à Tours, à la Sainteté voulue par Dieu. En devenant Evêque, Martin refuse le luxe et l’apparat des dignitaires de l’Eglise de l’époque. Disons, en passant, qu’au IVème siècle : les évêques commencent à rassembler aux fonctionnaires de l’Empire Romain en imitant d’une certaine façon, leur style de vie et c’est justement cet aspect que Martin récuse.

 

L’évêque Martin, après la prière du matin, reçoit les fidèles, spécialement les plus pauvres, « les sans dents » qui ont des besoins matériels. Sont aussi destinataires de la charité active les prisonniers, les détenus et les condamnés à mort.

 

L’intuition extraordinaire, providentielle, de Martin, fut de comprendre la nécessité d’apporter le Christ Jésus à des populations simples et pauvres des campagnes gauloises. Sa manière de parler est facile à comprendre, adaptée aux gens auxquels il s’adresse. Martin est humble et vit humblement.


Voilà une qualité ou un don : l’humilité ! L’humilité, oui, mais comme Jésus la vit ! « Je suis doux et humble de coeur » nous dit le Christ Jésus.

 

Le roi humble, dont parle le prophète Zacharie dans la première lecture lue par Monsieur Antoine Selosse. Cette qualité semble bien demandée par Jésus pour accéder au Royaume Céleste du très-Haut. Une autre qualité est demandée par le Seigneur mais de manière consciente et volontaire. C’est la confiance. Cette qualité de relation forte, authentique et confiante que possèdent, que témoignent les tout-petits.

 

Il est vrai, frères et soeurs, que l’humilité et la confiance délivrent de bien des maux dont nous accablent l’orgueil et l’égoïsme.

 

« A cette aune, vous trouverez le repos pour votre âme » ajoute Jésus. Le tout-petit se réjouit parce que tout ce qu’il a, tout ce qu’il est provient d’un autre (le bébé attend tout de sa mère).

 

Frères et soeurs, lorsque nous accueillons consciemment cette grâce et savons que tout vient de Dieu, alors nous devenons capables d’entrer dans le double mystère du Père Eternel  qui donne sans compter et du Fils qui reçoit sans restriction.

 

Saint Martin l’avait bien compris. A nous de le comprendre aujourd’hui ! Je terminerai en vous lisant cette maxime du poète Venance Fortunat (VIème siècle) : « Là où le Christ est connu, Martin est honoré ! »

 

A bon entendeur, salut !

 

L’abbé Patrick JOLY

Curé de paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

(homélie prononcée à l’occasion du 350e anniversaire

de la découverte des reliques de Saint Martin à Marcolès)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guinant 03/08/2017 23:06

Si le futur baptisé Martin ne donna que la moitié de son manteau et non le manteau entier, c'est qu'en tant qu'officier de l'armée romaine, il en avait payé la moitié sur sa solde. En conséquence, il a estimé ne pouvoir disposer que de la moitié qu'il avait payé, l'autre moitié appartenant de facto a l'administration impériale.