Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Comme chaque année, le jeudi de l'Ascension, le 25 mai 2017, aura lieu le traditionnel pèlerinage à Saint-Antoine (près de Marcolès).

Les pèlerins se retrouveront dans ce grand lieu de pèlerinage dédié à saint Antoine l'égyptien après une procession qui partira de 8h30 sur le parvis de l'église de Marcolès

Après la vénération des reliques du Saint, la messe solennelle de l'Ascension sera célébrée à 10h30 par l'abbé Patrick Joly, en l'église de Saint-Antoine, ancienne chapelle de la Commanderie de l'Ordre des Antonins.

Après la célébration et le vin d'honneur, il est possible de rester au repas. Le prix est de 15 euros et les réservations sont à faire au 04.71.49.03.47 ou 04.71.46.70.76.

Une conférence gratuite sera donnée à 15h00 par Bernard Vinatier dans la salle des fêtes de la mairie de Saint-Antoine sur le thème "L'Ordre des Hospitaliers de Saint-Antoine de Viennois".

Un peu d'histoire...

Saint-Antoine était un ermite égyptien du IVe siècle. Après sa mort en 356, sa dépouille fut transportée à Alexandrie puis à Byzance. En 1070, lors d'une croisade, elle fut remise au croisé Jocelyn, baron du Viennois, à la condition qu'elle reçoive une digne sépulture et qu'un cloître soit bâti auprès de son tombeau.

Le corps du saint fut ainsi ramené dans un village du Dauphiné situé près de Vienne, qui prendra plus tard le nom de Saint-Antoine-L'Abbaye. En 1095, à la suite d'une guérison miraculeuse, le pape Urbain II autorisa la création d'un ordre hospitalier, l'Ordre de Saint-Antoine de Viennois, qui devait faire preuve de charité envers les pauvres et les malades. L'Ordre implanta alors une abbaye à Saint-Antonin-l'Abbaye et des commanderies dans l'Europe entière. Une commanderie était à l'origine un établissement hospitalier ou une maison-forte dans lesquels les voyageurs, les pèlerins et les malades trouvaient gîte, soin et protection. Elle était de plus un relais entre les possessions de l'Ordre ainsi qu'une exploitation agricole et relevait directement de l'abbaye-mère.

La commanderie de Saint-Antoine près de Marcolès a été fondée vers 1200 par le baron de Calvinet, jusqu'à son union en 1703 au monastère de Montsalvy, sur ordre de Louis XIV. Il y est dit par exemple qu'en 1523, la commanderie a comme prieur noble Jean de Méallet de Vitrac et qu'en 1658, Bernard Berenguier de Conquans est nommé commandeur. On y découvre aussi l'origine du nom Saint-Antoine, protecteur du "feu sacré". La commanderie de Saint-Antoine, à mi-chemin des forts de Marcolès et de Leynhac dépendait à cette époque de Marcolès.

En 1544, la commanderie est en partie détruite par les Huguenots et sera reconstruite en partie 40 ans plus tard. En 1703, par ordre de Louis XIV, la commanderie est unie au monastère de Montsalvy et devient un simple prieuré dont le titulaire, nommé par le Prince de Monaco, garde le titre de Commandeur. Elle n'a plus alors aucun lien avec l'abbaye de Saint-Antoine du Viennois et l'Ordre des Antonins. Au fil des ans, un village d'une vingtaine de feux s'installe aux alentours de la Commanderie. Des pèlerinages à l'église de Saint-Antoine en l'honneur du saint, protecteur des "pauvres ardents" ont lieu, semble-t'-il, dès la fin du XIIIe siècle. Ils se multiplient par la suite quand saint Antoine devient le protecteur de nombreuses maladies, en particulier lors des épidémies de peste. On y vient de toute la région depuis Aurillac et Ytrac. Au XVe siècle, le 17 janvier, fête de saint Antoine, de nombreux marchands forains viennent installer leur étal.

Saint-Antoine n'a jamais été sous l'Ancien Régime une paroisse au sens où l'entendait le découpage administratif d'alors. Elle l'est devenue, ensuite, après la Révolution, quand l'Eglise n'a plus eu la haute-main sur l'organisation administrative du pays.

Saint-Antoine, hameau de Leynhac, est devenu une commune après 1790. Saint-Antoine n'a jamais rien eu à voir avec Marcolès au niveau du découpage administratif. Saint-Antoine était par ailleurs connu pour ses foires, c'est sans doute pour cette raison que les notaires Bardy, originaires de Saint-Etienne-de-Maurs, s'y sont installés. C'est en 1840 que Saint-Antoine devient une commune indépendante de celle de Leynhac.

 

Commenter cet article