Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Le 4 juillet 1667, le curé de l’époque, Pierre Cortez, découvre dans le maître-autel une statue reliquaire en bois de Saint-Martin (XIVe siècle – classée MH). Cette statue, cachée là probablement depuis les guerres de religion, contenait les principales reliques du Saint, authentifiées par un parchemin où il était écrit en lettres gothiques « Hae sunt reliquiae beati Martini » c'est-à-dire « Ce sont les reliques de saint Martin ». Certaines reliques ont été données aux sanctuaires Martiniens (Tours, Ligugé, Amiens, Cahors) sur leur demande relayée par l’évêché. Cinq reliques ont été conservées à Marcolès. Elles étaient autrefois vénérées tous les ans début juillet avec une procession jusqu’à un reposoir mis en place dans l’avenue du Château de Marcolès.

Le 21 août dernier, Monseigneur Grua, évêque de Saint-Flour, a présidé la procession et la messe de translation des reliques de saint Martin dans sa châsse.

A cette occasion, se sont nouées des relations entre la paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie, la mairie de Marcolès et le Centre Culturel Européen de Saint-Martin de Tours que dirige Antoine Selosse, présent ce jour-là à Marcolès.

Cette année marquera le 350e anniversaire de la découverte des reliques à Marcolès. D’autre part, début juillet se clôturera l’année Martinienne qui aura célébré le 1700ème anniversaire de la naissance de saint Martin. Enfin le 4 juillet 2017, nous commémorerons l’ordination épiscopale de l’évangélisateur des Gaules.

A cette occasion, un grand colloque sera organisé à Tours pendant le premier week-end de juillet. Un colloque similaire sera organisé à Marcolès le samedi 8 juillet avec la participation du professeur Bruno Judic, président du Centre Culturel Européen Saint-Martin de Tours et professeur des universités en histoire médiévale à l’université François-Rabelais de Tours, d’Antoine Selosse, directeur du Centre Culturel Européen de Saint-Martin de Tours, de Donatien Mazany, doctorant en histoire et Lucien Gerbeau, chevalier de l’Ordre de Malte et historien de la région.

Le dimanche 9 juillet matin, un temps important de célébration religieuse marquera les différentes commémorations citées ci-dessus sous la présidence de Monseigneur Bruno Grua, évêque de Saint-Flour, qui remettra à cette occasion le procès-verbal officialisant la translation des reliques et scellera solennellement la châsse contenant les précieux ossements.

TELECHARGER LE PROGRAMME DES MANIFESTATIONS
ORGANISEES A MARCOLES A L'OCCASION
DU 350e ANNIVERSAIRE DE LA DECOUVERTE
DES RELIQUES DE SAINT-MARTIN

Pour savoir ce que représente Saint-Martin dans la vie de tous les jours (3'05)....

La vie spirituelle et historique de Saint-Martin de Tours (52'48)...

Chant "Disciples de saint Martin" par la Maîtrise de la cathédrale de Tours
Télécharger la partition

Lors de la découverte de la statue reliquaire en 1667, elle contenait 2 humérus (os des bras), 1 tibia presque entier (os de la jambe), la moitié supérieure d'un péroné (petit os de la jambe), 1 rotule (petit os rond du genou), 1 os du métatarse (os du pied), la partie supérieure d'un cubitus (os de l'avant-bras), plusieurs petits fragments d'os détachés. Le reliquaire fut ouvert à plusieurs reprises au XIXe siècle pour des dons aux églises de Tours, Amiens, Cahors et l'abbaye de Ligugé. Mais l'église de Marcolès a l'honneur de conserver avec Tours la plus grande partie des reliques de saint Martin.
Lors de la découverte de la statue reliquaire en 1667, elle contenait 2 humérus (os des bras), 1 tibia presque entier (os de la jambe), la moitié supérieure d'un péroné (petit os de la jambe), 1 rotule (petit os rond du genou), 1 os du métatarse (os du pied), la partie supérieure d'un cubitus (os de l'avant-bras), plusieurs petits fragments d'os détachés. Le reliquaire fut ouvert à plusieurs reprises au XIXe siècle pour des dons aux églises de Tours, Amiens, Cahors et l'abbaye de Ligugé. Mais l'église de Marcolès a l'honneur de conserver avec Tours la plus grande partie des reliques de saint Martin.

Lors de la découverte de la statue reliquaire en 1667, elle contenait 2 humérus (os des bras), 1 tibia presque entier (os de la jambe), la moitié supérieure d'un péroné (petit os de la jambe), 1 rotule (petit os rond du genou), 1 os du métatarse (os du pied), la partie supérieure d'un cubitus (os de l'avant-bras), plusieurs petits fragments d'os détachés. Le reliquaire fut ouvert à plusieurs reprises au XIXe siècle pour des dons aux églises de Tours, Amiens, Cahors et l'abbaye de Ligugé. Mais l'église de Marcolès a l'honneur de conserver avec Tours la plus grande partie des reliques de saint Martin.

Commenter cet article