Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Cher(e)s frères et sœurs,

Une année liturgique se termine avec la solennité du Christ Roi de l’Univers. Sa Sainteté le Pape François en a profité pour clôturer l’année sainte extraordinaire de la Miséricorde.

Annoncée de manière inattendue pour tous les diocèses du monde et introduite de façon tout aussi inattendue par notre Saint-Père François au cœur de l’Afrique, en République Centrafricaine à la cathédrale de Bangui, la Porte Sainte s’est refermée au Christ-Roi à la basilique Saint-Pierre de Rome.

Comme on le sait, François a voulu consacrer ce jubilé à la Miséricorde, cœur de l’Evangile et avait ouvert la Porte Sainte à Rome, le jour du cinquantième anniversaire du Concile Vatican II. Le chemin ouvert par le Concile a été en effet entamé mais certainement pas encore conclu. La volonté du Pape François me semble claire, elle revêt une signification importante : il faut poursuivre le renouveau décidé par la plus grande assemblée épiscopale de l’histoire de l’Eglise.

L’impact, véritablement sans précédent de Vatican II sur le monde dans son ensemble, sur les autres religions et sur les diverses confessions chrétiennes comporte alors la responsabilité de ne pas manquer d’honorer l’engagement de ce dialogue de l’Eglise catholique avec le Monde, les autres croyants et les autres chrétiens non catholiques.

Précisément, le signe universel de la Miséricorde peut à nouveau offrir à tout être humain un sens de vie. Chaque homme, chaque femme peut, s’il le veut, se reconnaître dans la Miséricorde divine.

Une année liturgique se termine, une autre commence à partir de l’Avent (Evangile selon saint Matthieu appelée année A). Nous allons nous installer dans les préparatifs de Noël, anticiper la douceur et la joie qui, dans le meilleur des cas, entourent une naissance.

La grâce chrétienne est de pouvoir vivre notre présent quotidien avec un double enracinement dans le passé et dans le futur. A Noël, le Christ Jésus a pris chair de notre chair. Il continue de l’habiter avec nous, Il est présent à notre Monde. Alors, frères et sœurs par le baptême en Christ, pas question de mollir, de vivoter, de désespérer. A nous de veiller, d’écouter, de guetter, d’observer, de contempler tous les signes de la naissance de Jésus dans nos pauvres vies et dans le Monde. A nous d’œuvrer avec Jésus à transformer nos vies et celle du Monde.

Seigneur Jésus viens ! Viens ! Viens !
En avant pour l’Avent !
Joyeux Noël à chacun de vous.

L’abbé Patrick JOLY,
votre curé

IL EST VENU, IL VIENT, IL REVIENDRA... éditorial de l'abbé Joly - décembre 2016

Commenter cet article