Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Publié par Paroisse Saint Laurent en Châtaigneraie

Je me réjouis et bénis le Seigneur pour les demandes de baptêmes qui parviennent à la cure tout au long de l'année (une soixantaine environ). Je rends grâce pour ces petits qui recevront le Sacrement qui ouvre les portes du Salut et la vie éternelle. Toutefois, il nous faut, tous, nous interroger car, de près ou de loin, nous sommes responsables de la situation actuelle. Explications :

Une interrogation d'abord, sur le choix du prénom. Dans le code de Droit Canonique, on lit que "les parents, les parrains et le curé veilleront à ce que ne soit pas donné de prénom étranger au sens chrétien". Or, régulièrement, je suis obligé de faire répéter plusieurs fois le prénom de manière à bien le transcrire, et, une fois transcrit, je m'interroge encore ! D'où viennent ces prénoms mystérieux ? Je ne donne pas d'exemples afin que personne ne se sente visé mais je me permet de vous interroger : d'abord, votre enfant a-t-il son prénom inscrit au calendrier des Saints ? Autrement dit, quel est le jour de la fête de votre enfant ? Il n'en a pas ? Que va-t-on lui dire quand on fêtera la fête de ses petits camarades et qu'il nous demandera "Et moi, ma fête, c'est quand ?" "- Ah, et bien toi mon petit, tu n'as pas de fête !"... Je vous laisse imaginer le sentiment de tristesse de cet enfant. De manière plus spirituelle, qui est le Saint Patron de ce petit ? Qui est son modèle ? Qui est son intercesseur auprès de Dieu ? J'invite les parents mais aussi les grands-parents, les catéchistes, tous ceux qui sont en lien avec des familles qui préparent le baptême de leur enfant à s'interroger sur ce premier point.

Ensuite, interrogeons-nous sur l'engagement des parents au moment du baptême de leur enfant. Lors de la célébration, le prêtre interroge les parents : "Vous devez l'éduquer dans la Foi et lui apprendre à garder les commandements... Etes-vous conscients de cela ?". E les parents répondent "Oui, nous le sommes". Qu'est-ce à dire ? Si ce n'est que les parents s'engagent, alors, à donner une éducation catholique à leur enfant. Concrètement, à l'inscrire au catéchisme, au moins à partir de la classe de CE2. Les parents semblent aujourd'hui surpris quand on leur explique que le baptême du petit dernier se fera lorsqu'on aura la certitude que l'aîné reçoive une éducation catholique. L'argument à la mode étant : "c'est lui qui choisit !"... Mais choisit quoi ? Comment choisir quand on ne connaît pas ? De plus, est-ce maintenant à l'enfant de décider de ce qu'il doit faire ? Lui demande-t-on s'il veut aller à l'école ou manger sa soupe ? Là, encore, j'invite les parents et chacun de nous, à tout mettre en oeuvre pour que le baptême d'un enfant ne soit pas simplement un acte accompli par tradition, mais une véritable entrée dans la Sainte Eglise de Jésus.

Comprenons bien qu'il en va de la vérité des Sacrements et de la cohérence de vie. On n'est pas obligé d'être chrétien. Dans l'Eglise de Jésus-Christ, on est libre. Mais si on accepte de suivre Jésus, d'être son disciple, on en accepte alors aussi les exigences, toutes les exigences. Plus que jamais, nous avons besoin de chrétiens convaincus, des disciples de Jésus au coeur de feu, pas "des chrétiens tièdes, des chrétiens de salon" dirait le Pape François ! Mettons-nous bien dans la tête que nous avons - et nous aurons encore plus - à répondre de notre Foi et à tenir dans l'épreuve. Regardons l'exemple de nos frères chrétiens d'Orient (Chrétiens Coptes d'Egypte par exemple), qui se font tatouer une croix au poignet après leurs baptêmes... C'est la fidélité qui les aide à tenir dans l'adversité? Ne préparons pas pour nos enfants une Eglise de timorés mais des disciples prêts au témoignage parce que remplis de l'Esprit Saint de Dieu.

L'année sainte de la Miséricorde que nous vivons, nous invite justement à mettre en lumière de mauvaises habitudes qui ont été prises afin de redonner le sens profond des mystères que nous célébrons à travers les Sacrements. Je compte sur vous afin que, dans vos familles, vos cercles d'amis, vos connaissances, vos groupes de catéchèse, vous mettiez, nous mettions tous ensemble, toutes nos forces à préparer le printemps de l'Eglise en France.

En ce temps de Carême, je vous invite à prier tout spécialement aussi pour le rapprochement des chrétiens orthodoxes de Russie avec l'Eglise catholique. Un fait extraordinaire s'est produit à Cuba, terre communiste (terrain neutre), où notre Saint-Père, le pape François, a rencontré le patriarche orthodoxe de Moscou, Cyrille 1er. Cette rencontre est la première depuis le schisme des chrétiens d'Orient avec les chrétiens d'Occident. Un pas de plus vers le retour de l'Eglise INDIVISE des premiers siècles du Christianisme.

Bon Carême à tous et bonne montée vers Pâques.

L'abbé Patrick JOLY,

votre curé

Editorial de l'abbé Joly : "Le baptême, avant tout un don de Dieu !"

Commenter cet article